6/14/2014

Bordeaux Paris 2014



La musique de Bordeaux Paris

Comment je me retrouve sur la ligne de départ: 
Un brin de folie et l'envie de refaire une épreuve dont l'organisation a changé.

La préparation avant le départ: 
Je qualifierai ma préparation d’aléatoire, et uniquement basée sur les sensations de mon corps. Je ne pense pas qu'elle ai été optimale, et je n'ai pas énormément de repères quand a une possible performance. Avec l’expérience, je suis néanmoins sur de terminer (si pas de problèmes majeurs bien évidemment). Je cumule 3500 kms depuis le début de l’année.

L'objectif: 
1) terminer dans un temps meilleur (25h55) que ma précédente participation 
2) terminer en moins de 24h pour le symbole. Le temps s'annonce clément, mais avec un vent de face. Sans assistance et dans ces conditions, il me semble impossible de faire une performance similaire à l'aller de Paris Brest 2011 (moins de 20h). 

Le départ: 
500 participants sont partants pour cette formule ultraraid. Le départ est similaire a celui d'une cyclosportive. Les partants sont principalement des coursiers, l'ambiance est totalement différente de l'ancienne formule. Beaucoup de participants ont des voitures d'assistance pour les ravitaillements, pour ma part, tout est dans ma sacoche à l’arrière du vélo.

La course: 
Ça part assez vite, il y a quelques chutes mais je reste dans le 1er paquet. Je perds ma lampe arrière au km 80 sur un dos d’âne. Heureusement, une voiture suiveuse me permet de rentrer dans le peloton après quelques kms à fond. Personne ne s’arrête au 1er ravitaillement, personne ne s’arrête au 2nd. Nous sommes au km 150, la moyenne est de 34,5 km/h et mes bidons sont vides depuis un bon moment déjà. Je n'ai pas le choix, je laisse partir le groupe pour me ravitailler. Je repars seul, je me sens moins bien dans la cote de l'arbre mais cela passera vite, il faut dire que seul avec le vent de face et les bosses, le pédalage est plus compliqué. Je me fais rattraper par un 2nd peloton important, hélas il n'y a que peu de monde pour travailler devant. Je me repose de temps à autre. A Martizay, moitié du parcours, je repars de nouveau seul, mais je rejoins peu après un coéquipier du peloton précédent : nous nous entendons bien et roulons à allure rapide. Nous faisons 150 kms ainsi mais le vent puissant nous use. Nous arrivons au ravitaillement, la peur de repartir une nouvelle fois avec Éole pour cette fois 90 km et la traversée de la Beauce. La chance nous sourit : un nouveau peloton arrive et nous repartons avec eux. Je me repose et nous décidons finalement de sauter le dernier ravitaillement, étant plutôt frais. Je me retrouve avec mon compagnon de route et nous récupérons un autre cycliste, ragaillardi par notre support. Panneau 25 km! Nous augmentons l'allure pour les derniers km et les cotes de la vallée de Chevreuse. Je perds mon compagnon dans les 17 tournants, mais il me recontacte par email 2 jours plus tard. Merci pour cette collaboration. Quand à mon autre compère, nous nous collaborons merveilleusement bien jusqu’à la ligne d’arrivée que nous franchissons ensemble. Quel moment, merci !

La performance:
 22h38 pour parcourir les 620km, à 2h45 du 1er. Je pense m’être arrêté 1h30. Je me classe 69 ème pour environ 500 partants, 16 ème sur 56 dans ma catégorie.

En Résumé:
Une très belle épreuve, avec une très bonne organisation et une très bonne ambiance. Je la referai bien volontiers.

Les Autres sites:
http://www.bordeauxparis.com/
https://www.facebook.com/bordeauxparis



Aucun commentaire:

Publier un commentaire