6/01/2011

PBP 2011 : le brevet de 600km (03/06/2011)

600 KM DE NOISIEL
Dernier brevet à accomplir pour pouvoir participer au Paris Brest Paris  2011 : 600 km !

C’est celui de Noisiel que nous avions choisis avec mes copains du CVL, Bruno, Georges et Bernard. L’ultime occasion de pouvoir rouler ensemble lors d’un brevet, notamment avec Georges (nous pensons avoir un niveau semblable), avant le PBP !

Le parcours va nous emmener en Champagne-Ardenne pour emprunter quelques routes de la Montagne de Reims au milieu des vignobles, puis en Bourgogne à Montbard, et enfin retour en région Parisienne en passant par Chablis puis Moret sur Loing. Pas de longues pentes donc, mais quelques côtes qui donneront 3525 de D+ à mon compteur.









Coté météo, c’est la chaleur qui est annoncée, puis des orages dans la nuit : hum, beau programme donc !

J’arrive vers 4H30 et je retire ma carte de route. Il fait déjà bon et je décide de partir sans les manchettes. Je reconnais le responsable de l’organisation du PBP 2011, avec qui j’avais roulé lors du 400km. Je discute un peu avec lui : sa femme et lui sont avec leur tandem qui est réparé (il était cassé lors du 400km). Une autre personne me donne les prévisions météo pour la Bourgogne dans la nuit : forts orages attendus avec 0°c et bourrasques de vents à plus de 55km/h ! Réjouissant ? Pour tout dire, je ne pars qu’avec ma tenue d’été…J’espère bien avoir quitté la Bourgogne avant la nuit et être sur la route du retour à ce moment là.

Je suis dans la file d’attente lorsque les copains du CVL arrivent. Nous partons dans le même groupe avec Georges et Bernard, on rigole un peu, puis une fusée nous passe : je reconnais le tandem et décide de prendre la roue, avec Georges et quelques autres cyclistes. L’allure est assez rapide et mon nouveau porte bidon arrière (me permettant d’emmener 2 bidons supplémentaires) commence à partir en morceau : l’amateurisme total, j’aurai du l’essayer sur une distance longue avant de l’utiliser ! Bref, je m’arrête un moment pour voir comment je peux le réparer, et je lâche le groupe. Je ne reverrai jamais mes compagnons de route du 400km, qui sont la pour établir un record : ils sont dans leur préparation pour faire le meilleur temps possible au PBP… Par contre, je vais revoir Georges qui m’a attendu (merci Georges !) et nous allons rouler tous les 2 jusqu’au 2nd ravitaillement. Nous nous égarons de temps en temps, mais pas de grosses erreurs. Nous attendons pendant un temps un groupe qui nous a rejoins au 1er ravitaillement puis décidons de filer dans ces montées Champenoises ou nous sommes plus rapides. Chose intéressante, nous reprenons tous les coéquipiers de route du tandem, qui apparemment se sont brulés les ailes en voulant les suivre ! Finalement, peut-être une bonne chose pour Georges et moi que mon porte bidon ai cassé !


On fait le plein des bidons à Bouzy, puis repartons vers Troyes : 110km de quasi plat sous le soleil et sans une ombre ! Il fait donc très chaud (32°C) mais heureusement nous avons le vent dans le dos ! Il nous faudra quand même nous arrêter à 2 reprises pour faire de nouveau le plein des bidons et nous rafraichir. Nous nous disons que la chaleur va faire beaucoup de dégâts parmi la grosse centaine de cyclistes partis pour cette aventure qu’il faut boucler en 40H. Nous sommes 3 pour cette portion, mais notre coéquipier ne se sent pas bien et ne prendra pratiquement aucun relais (jusqu’à l’arrivée d’ailleurs !).

A Troyes, nous sommes rejoints par un groupe de 8, et nous repartons ensemble après le ravitaillement jusqu'à Montbard : au fil des kilomètres, la route devient vallonnée et c’est en haut d’une bosse que nous découvrons le contrôle secret ! Nous repartons pour quelques kilomètres, le ciel s’assombrit et c’est maintenant la pluie que nous devons affronter – nous éviterons quand même l’orage -. Enfin, nous arrivons à Montbard, et décidons de nous arrêter pour un repas chaud et nous réchauffer.

La pluie s’arrête un peu avant de repartir pour les 50 kilomètres les plus difficiles du parcours car ils sont vallonnés, mais notre objectif de passer cette portion avant la nuit va se concrétiser. Heureusement d’ailleurs, car nous découvrons une route jonchée de branches d’arbres mais surtout de caillasses amenées par l’eau et les orages. Conséquence directe, l’un d’entre nous crève. Le point positif est qu’il ne pleut pas, et que la température est douce, nous n’avons pas froid.

Ensuite, la route s’assèche de nouveau et c’est sans problème que nous filons vers Joigny. Nous pensons avec Georges au projet de faire le brevet en 24H… Le groupe décide alors de se diviser en 2, nous repartons avec 2 autres coéquipiers direction Moret sur Loing. A partir de ce contrôle, la route redevient humide et le ciel est illuminé par les éclairs. Par moment, le sommeil me gagne mais je resterai éveillé jusqu’au bout ! Et il ne nous reste plus que 20 km à parcourir, lorsque l’incroyable va se produire : 6 crevaisons pour 3 vélos (je crève à 2km de l’arrivée, et Georges finira d’ailleurs avec ses 2 roues dégonflées !). Bref, nous terminons en 25H15, assez content de notre ballade ou nous avons surtout bien géré les efforts et la chaleur. Nous avons parcouru les 612km à une moyenne de 28.55km/h, soit  21H23 de vélo et 3H52 d’arrêts. Quant au tandem, il est arrivé 2H45 auparavant. A l’arrivée, nous apprenons que du fait de la chaleur, 17 personnes ont abandonné, et il y en aura un peu plus : 20 % environ ! Bruno, qui n’aime pas la chaleur en fait parti. Donc tous nos encouragements pour le prochain 600km et espérons qu’il fasse moins chaud ! Quant à Bernard, il finira en 36H40. Bravo !

Maintenant, la prochaine étape pour le PBP est l’inscription elle-même : espérons qu’il y aura suffisamment de places disponibles.


Le Parcours : Départ 5H du matin de Noisiel
Contrôle N°1 km 90 à Mont Saint Père
Contrôle N°2 km 151 à Bouzy
Contrôle N°3 km 262 à Troyes
Contrôle N°4 km 359 à Montbard
Contrôle N°5 km 457.5 à Joigny

Contrôle N°6 km 533 à Moret Sur Loing
Arrivée à Noisiel



Aucun commentaire:

Publier un commentaire