5/17/2011

PBP 2011 : le brevet de 400km (21/05/2011)

400 KM DE MAUREPAS




Les choses sérieuses concernant les brevets qualificatifs du PBP 2011 commençaient vraiment avec ce brevet de 400km : autant je considérais le brevet de 300 km comme un prolongement d’un 200, autant je me posais quelques questions concernant ce 400km, peut-être parce que j’avais souffert sur la fin du 300, notamment en raison d’une mauvaise gestion de l’alimentation. Et le fait que tous les 400 de l’Ile de France soient organisés ce samedi (3 en tout) rajoute un peu de pression : un abandon, quel qu’en soit la raison, compromettrait sérieusement la possibilité de s’inscrire au PBP 2011.
Je prépare donc ce brevet organisé par le CT Maurepas avec attention : je me renseigne sur le parcours, plutôt plat me dit-on et qui emprunte sur les 200 1ers km « La route du Camembert » (rallye organisé chaque année par le CT Maurepas). Concernant le vélo, j’ai remplacé ma roue avant Cosmic par une Shamal, plus légère à emmener et surtout plus confortable. J’ai également installé une sacoche avant et 2 lampes, le même équipement que j’avais déjà utilisé lors du Bordeaux-Paris 2010 et qui me permet d’emmener suffisamment de nourriture : sandwichs, bananes,…
J’arrive à Maurepas vers 3H20, et il y a déjà de l’agitation. Je m’inscris, je fais contrôler le vélo et je me positionne dans le sas de départ. Cette fois-ci, contrairement au 300km, je ne prendrai pas le départ seul et j’espère trouver un groupe qui roulera à mon allure et dont certains membres connaitront la route et/ou seront équipés de GPS. Nous discutons un peu avant le départ : tous mes coéquipiers ont déjà fait plusieurs brevets de 400 cette année et ils parcourent environ 700km par semaine ! Bien loin donc de mon niveau d’entrainement (environ 300 km par semaine et en incluant mes allers retours au travail) et comme ils sont équipés de GPS, il semblerait que mon groupe soit trouvé…à condition de pouvoir les suivre ! Car mon objectif est de ne pas me mettre dans le rouge (fréquence cardiaque entre 150 et 160) dès le début, ni même pendant le parcours d’ailleurs !
Je franchis la ligne de départ à 4h du matin, en 3ème position. Je suis mes 2 prédécesseurs et au bout de 5 minutes, stupeur ! Nous sommes seuls et nous sommes perdus dans la zone industrielle de Maurepas! Il me faut utiliser le GPS de mon téléphone pour rejoindre la N12, et un de mes coéquipiers d’infortune reconnait l’endroit et nous remet sur le droit chemin…Nous avons dû parcourir 2km supplémentaires et il semblerait que tous les participants soient devant…Nous sommes doublés par une fusée (surement un cyclo arrivé en retard) que nous suivons et rattrapons finalement des petits groupes puis le 1er peloton au bout d’une 15aine de kilomètres, constitué d’une petite vingtaine de cyclos.
Cela va vite dans ce 1er groupe, nous sommes principalement emmenés par un triathlète et nous sommes 2 ou 3 à lui prendre quelques relais de temps en temps. Autant dire qu’à ce moment-là, j’ai oublié la calme gestion du brevet que je m’étais fixée, pire encore je me suis pris au jeu, et nous emmenons fort ! Le parcours est plat, nous traversons le massif forestier de Rambouillet puis la vallée de L’Eure. Le jour se lève, nous ne sommes plus que 10, et nous pouvons faire connaissance : la plupart de mes coéquipiers se connaissent et sont des habitués des brevets des randonneurs mondiaux : il y a notamment le responsable de l’organisation du Paris Brest Paris et sa femme ! Quant au triathlète qui n’en est pas un (mis à part son vélo), il s’agit de Laurent, un habitué de la longue distance : il a parcouru plusieurs fois la RAAM et j’avais déjà roulé avec lui lors de Versailles-Chambord 2010 !
Nous discutons et Laurent organise le groupe, nous prenons tous des relais, on ne se refroidit pas dans la plaine qui nous emmène à Châteauneuf en Thymerais. Nous arrivons au contrôle et ravitaillement, faisons une pause rapide et nous repartons. Je repars avec 400 mètres de retard, je mettrais plusieurs km à rentrer dans le groupe ! La route est identique au brevet des 300 kms de Longjumeau : nous traversons la forêt de Senonches avec ces étangs. Lors du brevet de 300, j’avais trouvé que je n’avançais pas sur ces routes plates qui mènent dans le Perche, la même impression est là, mais cette fois-ci, je ne suis pas seul, nous sommes encore 9, nous avons perdu un coéquipier…Et nous allons encore en perdre 3 un peu avant Mortagne au Perche car nous enchainons maintenant les montées et les descentes qui usent l’organisme…Mon rôle à ce moment-là est d’emmener du gros braquet dans les descentes ! Ce qui, au fil des kilomètres, commence à me faire mal aux jambes quand il faut remonter les bosses  en suivant le spécialiste des montées, impressionnant par son tempo ! Quant à Laurent, il s’occupe du plat et des faux plats, avantagé par sa position aérodynamique…Nous arrivons au contrôle de Mortagne au Perche et nous faisons une pause un peu plus longue pour le petit déjeuner.
Nous repartons à 7, un des coéquipiers lâchés nous ayant rejoint, sur les mêmes bases rapides et sur le même type de parcours : je pensais que le parcours serait un peu plus plat ! 40 kilomètres plus tard, nous sommes de nouveaux six à 25km de Vimoutiers, c'est-à-dire la moitié du brevet, et a plus de 33 km/h de moyenne. Il nous faut ralentir car monsieur « PBP » et sa femme sont lâchés, Laurent jugeant qu’ils seront d’une aide précieuse pour le retour.
Nous arrivons à Vimoutiers, le parcours est superbe car nous traversons toute la Normandie, avec ses noms de village fameux pour leur fromage (Camembert, Livarot,…). Nous repartons, montons une ou 2 bosses en attendant un de nos coéquipiers qui montre quelques signes de faiblesse, puis repartons cette fois-ci sur un parcours plat et dégagé avec de longues lignes droites mais hélas le vent nous ralentit. Et c’est sur cette portion que je m’emploie le plus à faire avancer le groupe, Laurent se sentant un peu moins bien : autant dire qu’à tour de rôle, nos organismes commencent à s’user et que les derniers 100 kilomètres seront durs…
Nous arrivons à Montfort sur Risle, et conséquence de mes efforts, je me sens obligé de manger, un peu trop mais surtout trop gras : la digestion ne va pas bien se faire et heureusement, c’est de nouveau un Laurent surpuissant dans le vent, épaulé par Mr et Mme « PBP » qui ont retrouvé leur énergie qui nous emmènent au dernier contrôle et ravitaillement. Nous repartons rapidement, nous collaborons tous pour ces derniers 75 kilomètres et, 20 km avant l’arrivée, je suis obligé de m’arrêter pour une pause technique. Je finis seul, retrouvant la joie du guidage manuel (mes coéquipiers connaissaient le parcours par cœur) dans Montfort L’Amaury et  je les retrouve, 15 minutes plus tard à 17h52 lorsque je franchis la ligne d’arrivée. Débriefing de la journée autour d’un coca ! Je valide donc ainsi le brevet avec 405 km au compteur pour 2700 mètres de dénivelé, parcouru en 13h52, soit 29.2km/h de moyenne, et 31.4km/h de moyenne roulée, soit 12h52 de pédalage et 1h d’arrêt !
Superbe journée donc sous le soleil avec un beau parcours, une collaboration irréprochable dans l’effort de notre petit groupe de 6, le tout dans une ambiance conviviale. Vive le vélo dans ces conditions.


Le Parcours :
Départ 4H du matin de Maurepas
Contrôle N°1 km 75.5 à Chateauneuf En Thymerais
Contrôle N°2 km 135.5 à Mortagne Au Perche
Contrôle N°3 km 194.5 à Vimoutiers
Contrôle N°4 km 259 à Montfort sur Risle
Contrôle N°5 km 326 à Damville
Arrivée à Maurepas




Aucun commentaire:

Publier un commentaire