5/04/2011

Paris Brest Paris : 1956-1979

La 49eme édition du PBP Randonneur connut un net recul des effectifs : 250 inscrits, dont 4 femmes, 2 tandems homme-homme et 5 tandems mixtes, ainsi qu'une poignée d'étrangers (2 Belges et 15 Néerlandais). 220 randonneurs se présentèrent au départ, Porte de Saint-Cloud, "Aux Trois Obus". Le temps fut exécrable tout au long du parcours et seuls 155 participants furent homologués. Quelques noms connus apparaissent en tête du palmarès. Le tandem Gilbert BULTE (actuel Président d'honneur de l'ACP) Lucien DETEE et le tandem Jo ROUTENS Jacques JOUFFREY terminèrent ensemble en 50h29. A cette époque, les tandems partaient une heure avant les solos, et les quatre hommes ne furent jamais rattrapés - au contraire, ils ajoutèrent une seconde heure à leur crédit initial!

Roger BAUMANN (U.S. Créteil), figure du cyclotourisme, réalisa le meilleur temps en solo (52h19) et Roger MARTIN entama sa série de 9 Paris-Brest-Paris. Les randonneurs les plus rapides dans chaque catégorie furent présentés au public du vélodrome du Parc des Princes, ou ils effectuèrent un tour d'honneur. A l’image de l'ACP, qui traversait une période de crise, 1961 fut une petite année pour le Paris-Brest-Paris : 191 inscriptions, dont 3 femmes en solo et 4 tandems mixtes. A la demande des services de la Préfecture de Police, pour des raisons de sécurité, le départ avait été fixé au Pont de Suresnes, à la hauteur du café "la Belle Gabrielle". Les opérations de plombage des machines avaient été supprimées. Seuls étaient exigés les garde-boue et un éclairage en bon état de marche. Ce fut René MARTINEZ, Président de I'ACP, qui donna le signal aux 179 randonneurs 9h00 pour les tandems et à 10h00 pour les solos). De même qu'en 1956, il y eut beaucoup d'abandons (presque 30%). La première cause en serait un départ trop rapide (plus de 40 km avaient été couverts durant la première heure). Ensuite, la météo fut mauvaise (pas autant qu'en 1956, mais tout de même). Seuls 127 randonneurs terminèrent dans les délais. Le mauvais temps n'empêcha pas Jean FOUACE d'améliorer de plus de 2 heures le précèdent record des randonneurs (46h18), après un raid solitaire de 600 km!

En 1963, l'ACP fusionna avec le VCCA (Vélo-Club Courbevoie-Asnières). Le VCCA disparut et son président, Gilbert BULTE, prit les rênes de l'ACP - son ancien équipier, Lucien DETEE, occupant le poste de vice-président. Les deux hommes connaissaient bien le Paris-Brest-Paris pour l'avoir effectué plusieurs fois. Parmi les nouveaux adhérents se trouvaient aussi Robert et Suzanne LEPERTEL. Cette union sauva l’ACP du naufrage.

En 1966, le nombre de participants était encore bas : sur 187 inscrits, 172 randonneurs s'élancèrent à 16h00 (tandems et solos confondus) du carrefour de la Chataigneraie à La Celle-Saint -Cloud. Parmi eux, une femme en solo et deux tandems mixtes. Le délai avait été ramené à 90 heures. Pour la première fois, les voitures furent autorisées à apporter une aide dans les contrôles mais elles étaient interdites sur la route. 137 randonneurs furent homologués, dont Marie-Thérèse MARTIN (Secrétaire de nombreuses commissions PBP) en tandem mixte avec Roger MARTIN (66h24), et Pierre THEOBALD (qui devint Président de l'ACP en 1996). Les plus rapides, Maurice MACAUDIERE et Robert DEMILLY, améliorèrent le record des solos (44h21). Le Britannique Barry PARSLOW fut le premier randonneur à effectuer PBP sur un tricycle.

A partir de 1971, le nombre de participants entama une progression remarquable. A La Croix-de-Berny (nouveau lieu de départ), on comptait 325 randonneurs et parmi eux, des Belges, des Britanniques, des Danois, des Italiens, des Espagnols et des Américains. L'ACP reçu également la visite de Sir Hubert OPPERMAN (coureur professionnel et vainqueur du PBP en 1931, il était devenu Haut-Commissaire d'Australie à Malte); il donna le signal du départ avec beaucoup d'émotion. C'était le premier des sept PBP Randonneur organisés sous la direction de Robert LEPERTEL, Président de l'ACP pour la première fois le parcours était entièrement fléché. La météo fut excellente. 272 randonneurs arrivèrent dans les délais au stade de I'U.S. Métro à La Croix-de-Berny, dont 5 femmes en solo et 3 tandems mixtes. Le plus rapide fut le Beige Herman DE MUNCK (45h39). Cette année-là, huit audacieux avaient enchainé le PBP Audax et le PBP Randonneur, soit 2.400 km dans la même semaine ! Afin d'éviter les accidents pouvant résulter d'un tel défi, I'UAF et l'ACP décidèrent de ne plus organiser leurs épreuves la même année. Le PBP Randonneur aurait lieu tous les 4 ans (et non tous les 5 ans, comme le PBP Audax). En toute rigueur mathématique, vingt ans après, les orbites des deux PBP devaient à nouveau se croiser ... et tel sera bien le cas en 2011 !

En 1975, l'effectif des randonneurs avait doublé : sur 729 inscrits, 667 prirent le départ (Montesson). Parmi eux, 17 femmes solos, 2 tandems mixtes, 4 tandems homme-homme et 4 tricycles britanniques - une première sur PBP ! 559 randonneurs arrivèrent dans les délais à La Croix-de-Berny. Le brevet qualificatif de 600 km était devenu obligatoire pour les "nouveaux" (les "anciens" pouvaient se contenter d'un brevet de 400 km). Dans l'année qui suivit cette 8ème édition du PBP, les Brevets de Randonneurs Français (nés en 1921) devinrent Brevets de Randonneurs Européens. Sous réserve du respect du règlement, l'ACP autorisait ses délégués européens à organiser des brevets qualificatifs dans leur pays. Ce fut le premier pas vers l'internationalisation des futurs BRM, et avec eux, de la randonnée longue distance, qui, dans bien des pays, représentait une fascinante nouveauté.

En 1979, le parcours fut modifié. Montesson, lieu de départ en 1975, devint aussi contrôle d'arrivée, et surtout, la Nationale 12, utilisée depuis 1891, fut abandonnée au profit de routes moins dangereuses. L'ACP demanda aux participants d'avoir effectué une série complète de brevets (200, 300, 400 et 600 km) dans l'année du PBP. Afin de diminuer  l’importance du peloton, trois horaires de départ étaient proposés aux randonneurs: 04h00 pour un délai de 90h, 10h00 pour un délai de 84h et 16h00 pour un délai de 78h. Au moment de l'inscription, 1.130 randonneurs choisirent les 90h, 630 les 84h et 120 les 78h. Sur les 1766 partants, 1574 furent homologués, dont 41 femmes en solo, 8 tandems mixtes et, pour la première fois, un tandem femme-femme, composé de Maryvonne BERNARDIN et Francine RAMEAU (86h48). Autre performance remarquable, celle du tandem de Jacky CHANDRU qui pilota un équipier aveugle, Jean NOUET (78h41).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire