4/18/2011

PBP 2011 : le brevet de 300km (16/04/2011)

300 KM DE LONGJUMEAU "LE PERCHE"

- Le compte rendu -
4H20 du matin, j’arrive à Longjumeau, je cherche l’entrée du stade Langrenay…Il faut dire que la nuit et la lentille perdue depuis le départ de Paris y sont peut-être pour quelque chose. ..Ces 20 km d’ailleurs seront à oublier car pas très agréables…Enfin, j’arrive au point de départ du BRM de 300km de Longjumeau pour aller dans le Perche.
Il n’y a pas grand monde ici, en fait je m’inscris dans les derniers : ils étaient environ 130 à vouloir partir à 4h du matin précises ce qui a d’après l’organisation généré une petite cohue ! Je remets donc une lentille et je fais contrôler le vélo. Il s’agit de mon 1er BRM et en discutant, j’apprends qu’il n’y a pas de fléchage (c’est ainsi pour les BRM), en fait il y en a uniquement au départ et à l’arrivée de Longjumeau. Il faut donc suivre la feuille de route. 4H30, je pars. Il ne fait pas froid dans la banlieue parisienne. Et à croire que je veux y rester, car je me perds plusieurs fois…Pourtant, Bel Air, La Folie Bessin, Janvry,…, ne sont pas des noms inconnus puisque l’on emprunte souvent ces routes avec le club. Mais quand on se fait – remarquablement –  guider par nos capitaines de route, c’est plus facile. Alors j’apprends à utiliser le GPS de mon téléphone qui me remet plusieurs fois sur le bon chemin. Un peu énervant  de s’arrêter ainsi, je suis impatient de lâcher les watts !  Je parcours ainsi 40 km dont 10 supplémentaires par rapport à la feuille de route (à 26.4km/h de moyenne) : j’espère faire mieux pour les 270 km restants sinon le BRM va se transformer en 400km ! Enfin, je peux rouler. Et plutôt rapidement, car la température baisse et il faut se réchauffer. Je retrouve les mêmes sensations que lors du Bordeaux-Paris 2010, je distingue certains animaux (notamment des chevaux), j’entends des chiens aboyer à mon passage et les oiseaux sont là. Je commence à rattraper des cyclistes, isolés ou en groupes,  avec leurs lumières rouges et parfois sur de drôles de machines : je vous laisse imaginer par exemple un vélocipède sans pédale mais que l’on pousse…Il s’agit de la seule trottinette engagée sur le brevet et elle arrivera à 23H58, soit 2 minutes avant la fin officielle !
Mes 2 lampes éclairant la route de chaque côté renforcent la  sensation de vitesse…J’adore. Seulement il fait de plus en plus froid, et la différence de température est flagrante par endroit comme à Gazeran. Les gants d’hiver seraient les bienvenus, car j’ai l’impression de ne plus avoir ni de bras, ni de doigts, je n’arrive pratiquement plus à changer de vitesse ou c’est avec l’impression que le doigt va rester accroché sur le levier.  Alors je fais des exercices pour dégourdir ces membres. Le jour se lève vers 6H45 et une biche traverse la route juste devant moi…C’est ensuite un écureuil qui me regarde lorsque je traverse un pont !
Au ravitaillement de Nogent Le Roi que je rejoins après un ultime détour, on m’apprend qu’il fait -1C. Je vérifie mon compteur, j’ai parcouru 12km de plus que les 72 officiels, la moyenne est remontée à 29.5km/h et je vais faire tamponner ma carte dans le café qui sert de refuge : ce minuscule endroit déborde de cyclistes congelés qui fondent devant leurs boissons chaudes. J’en fais de même, je regarde mes membres rougis et je retourne dans le froid…
Le parcours jusqu'à présent était superbe. Nous quittons Nogent Le Roi pour nous diriger vers Châteauneuf en Thymerais…qui me rappelle le 200km de Boulogne-Châteauneuf-Boulogne qui a toujours lieu début Avril et qui est synonyme de routes plates ou en faux plats mais surtout balayées par le vent ! Et le vent est là, mais pas trop fort. 30 kilomètres séparent à chaque fois les 2 prochains contrôles dans le Perche, puis il faudra ensuite parcourir 70 km jusqu'à Bonneval : cette portion de route est plate ou en faux plat, le vent est frais mais pas trop gênant, je ne reprends plus de cyclistes et je suis entouré de champs de colza ! Je parcours ces 130km seul, a 29.5 de moyenne, la fatigue se fait un peu sentir, mais c’est surtout la faim qui me tiraille : je vais dévorer toutes mes réserves liquides ou solides (Gatosport, barres de céréales, gels…) !
J’arrive au contrôle et un beau soleil a fait son apparition, je fais tamponner la carte et commande un sandwich. Je me repose ainsi pendant 20minutes et j’envoie un tweet sur le blog (le système fonctionne bien, et j’envoie ainsi un message à chaque contrôle) avant de reprendre la route pour 80km. Cette fois-ci, la route sera toujours plate, les champs de colza seront toujours là, mais le vent sera de face ! Je gère alors mon effort pour accomplir ces 80km finalement sans trop de difficulté. Il reste alors 20 km jusqu'à l’arrivée avec les montées de Bel-Air et la Folie Bessin (1500 mètres de dénivelé au total), puis la traversée de Longjumeau.
J’atteins l’arrivée en 12h15, avec 315 km (soit 12 km de plus par rapport au parcours officiel) a une moyenne de 29km/h soit environ 11h de vélo et 1h15 d’arrêt. Le 1er mettra 10H, et une 30aine d’autres  arriveront entre temps, en groupe. Dommage que je sois partis un peu tard, car j’aurais peut-être pu accrocher un groupe et éviter aussi de me perdre. Mais cette ballade fut bien agréable et un vrai exercice de gestion de l’effort, même si j’étais moins fringant que sur le 200km du weekend dernier…peut être l’accumulation des efforts. Et je reste impressionné par tout ce que j’ai pu manger, surtout à l’arrivée ! Et merci aux organisateurs pour leur accueil et leur gentillesse et qui vérifieront le lundi si j’étais bien arrivé !
La prochaine étape des BRM qualificatifs pour Paris Brest Paris sera celui de 400km que je ferais surement au mois de Mai!

Le Parcours :
Départ 4H du matin de Longjumeau
Contrôle N°1 km 72,5 à Nogent Le Roi
Contrôle N°2 km 115,5 à Brezolles
Contrôle N°3 km 131,5 à La Ferté Vidame
Contrôle N°4 km 202 à Bonneval
Contrôle N°5 km 278 à Saint-Chéron
Arrivée à Longjumeau

Aucun commentaire:

Publier un commentaire