4/15/2011

Paris Brest Paris : 1891 - 1951

Je publie ci-dessous un extrait de la brochure Paris-Brest-Paris 2011 : 


Lorsqu'en 1891, Pierre GIFFARD décida d'organiser un Paris-Brest et retour afin de faire la promotion du "vélocipède", il ne se doutait pas que 120 années plus tard, près de 6 000 randonneurs allaient vivre une nouvelle édition de cette épopée ouverte aux audacieux.


Le premier Paris-Brest-Paris de l'histoire regroupa 206 participants, professionnels et amateurs confondus, tous Français et tous de sexe masculin, les femmes n'étant pas autorisées à y prendre part.


Charles TERRONT remporta la course en 71H27, roulant trois nuits sans dormir, à une moyenne de 17,59 km/h à l'aller et de 16,78 km/h au retour. Le second coureur, Pierre-Joseph JIEL-LAVAL, arriva plus de huit après lui (80H01). Le troisième fut Henri COULLIBEUF (94H53). Au total, 100 participants franchirent la ligne d'arrivée. Les derniers, qui s'étaient arrêtés dormir dans des auberges, avaient mis plus de 10 jours.


Pierre GIFFARD jugea que, vu la difficulté de l'épreuve , elle ne serait organisée que tous les dix ans. En effet, mis à part le défi que représente une course de 1200km non-stop, les conditions étaient alors plus dures qu'aujourd'hui. L’asphalte ne recouvrait pas encore nos chaussées et les vélocipèdes étaient des machines bien primitives : le vainqueur était équipé du premier pneu démontable !


En 1901, l’épreuve devint internationale. Elle se courait en deux catégories : 

  • Les coureurs de vitesse, avec entraîneurs cyclistes et assistance sur le parcours.
  • Les touristes-routiers, livrés à eux-mêmes, ancêtres des randonneurs d'aujourd'hui.
 25 coureurs et 114 touristes prirent le départ. Maurice GARIN, futur vainqueur du premier Tour de France, entra le premier au Parc des Princes (52H11), moins de deux heures devant Gaston RIVIERRE (54H06). Le touriste-routier le plus rapide fut un certain ROSIERE, de Tours (62H25). Il arriva en 9ème position, toutes catégories confondues. 73 touristes accomplirent l'épreuve, dont Pierre ROUSSET, agé de 65 ans (202H35).


En 1911, le règlement fut modifié  car le vélocipède avait évolué, de même que le sport cycliste. L'assistance en dehors des contrôles fut interdite. 13 coureurs et 91 touristes participèrent à cette 3ème édition, remporté par Emile GEORGET (50H14).


En 1921, 44 coureurs et 62 touristes prirent le départ. Le vainqueur fut le coureur belge Louis MOTTIAT (55H07).


Notons qu'en 1923 fut créée la Fédération Française des Sociétés de Cyclotourisme (FFSC) regroupant toutes les sociétés de cyclotourisme. Gaston CLEMENT, membre de l'Audax Club Parisien (ACP), en fut le 1er président. En 1942, cette fédération est devenue la Fédération Francaise de Cyclotourisme (FFCT), qui est restée jusqu'à aujourd'hui la plus grande fédération de cyclotourisme en France.


En 1930, Henri GRIFFE, Président de l'Union des Audax Cyclistes Parisiens, élabora le projet d'organiser un brevet Audax (à allure controlée) sur le Parcours de Paris-Brest-Paris. Ce projet fut accepté et promu par Henri DESGRANGE, directeur de la revue "L'auto" (et père fondateur des Audax français). Le Paris-Brest-Paris Audax remplacerait la catégorie des touristes-routiers. Piqué au vif, Camille DURAND, Président de l'Audax Club Parisien, qui organisait des brevets à allure libre depuis le schisme de 1921, décida d'organiser, au même moment, un brevet à allure libre : le Paris-Brest-Paris Randonneur était né ! Le délai du premier PBP randonneur fut fixé à 96 heures. Il fallait avoir complété un BRF (Brevet de Randonneurs Français, l'ancêtre de nos BRM) de 300 km pour s'inscrire. Le parcours empruntait la nationale 12 à l'aller comme au retour. Chaque participant était muni d'une carte de route qu'il devait pointer aux 17 contrôles du parcours.
Le grand soir arriva. 60 participants se présentèrent au départ du premier PBP randonneur, le 2 septembre 1931 à 22h, devant le café "Le Mauco", Porte Maillot. Parmi eux, 2 femmes, 5 tandems dont 4 mixtes et une triplette. L'ensemble de l'épreuve se déroula sous la pluie ; un fort vent d'ouest rendit leur progression difficile. Malgré cela, 44 courageux arrivèrent dans les délais à la Porte Maillot, y compris les 5 tandems. Paulette VASSARD devint la premiere femme à accomplir PBP (l'autre femme, arrivée 35 minutes après la fermeture du contrôle d'arrivée, ne put hélas pas être homologuée). Quant au PBP Audax, il rassembla 81 participants qui partirent 6 heures après les randonneurs. 29 Audax rallièrent l'arrivée 85 heures plus tard. Notons que 33 coureurs (dont 23 étrangers) participèrent à la 5ème édition de la course professionnelle. L'Australien Hubert OPPERMAN s'imposa après un sprint final au cours duquel il battit Marcel BIDOT et trois autres coureurs (49H23).


La Seconde Guerre mondiale interrompit le cycle décennal et ce n'est qu'en 1948, soit 17 ans après , que fut organisée la 2ème édition du PBP Randonneur, sous la direction de Pierre BONTEMPS, Président de l'ACP. Le règlement exigeait désormais que la randonnée soit entièrement effectuée sur la même machine dont le cadre avait été plombé avant le départ.
Preuve que la légende née en 1931 avait marqué les esprits, de nombreux spectateurs assistèrent, devant le café "Le Mauco", Porte Maillot, au départ des 189 randonneurs, parmi lesquels 15 tandems dont 11 mixtes. 152 d'entre eux furent homologués. Les plus rapides à vélo, René BERNARD et Marcel RAFAITIN, bouclèrent ensemble les 1200km en 51H15, mais le tandem Jo ROUTENS - René FOURMY (Cyclotouristes Grenoblois) était arrivée avant eux (49h20)!
En parallèle se déroulait un classement des constructeurs, basé sur les trois meilleurs temps des cyclistes équipés de leur matériel. Cette même année  eut lieu un PBP Audax rassemblant 62 participants, dont 42 furent homologués. Les deux PBP cohabitèrent jusqu'en 1971.


Quant à la course professionnelle, elle eut encore lieu en 1948, puis pour la dernière fois en 1951. Elle attirait de moins en moins de participants, souffrant du manque d'intérêt général et peut-être aussi de la comparaison avec l'épreuve cyclotouriste. En outre, l’extrême difficulté que représente une course longue de 1200km était peu compatible avec l'agenda d'un coureur professionnel.
En 1948, 46 coureurs s'élancèrent (tous sous les couleurs d'une équipe) mais seuls 11 d'entre eux arrivèrent au bout. Le vainqueur fut Albert HENDRICKX (41H36).
La dernière édition professionnelle, en 1951, réunit 41 participations (représentant 10 équipes). Seuls 34 coureurs prirent le départ et ils furent de nouveau 11 à terminer. Maurice DIOT remporta l'épreuve en 38H36, un record jamais égalé!


En 1951, le nombre de randonneurs augmenta : ils furent 426 dont 8 femmes, à s'élancer du café "Aux Trois Obus", Porte de Saint-Cloud, à 22h. un groupe de 16 tandems les avait précédés d'une heure, afin d'éviter la chute dans la bousculade du départ (soit un total de 458 participants). 379 randonneurs furent homologués, dont 6 femmes, 2 tandems homme-homme et 9 tandems mixtes. Le tandem Jo ROUTENS - René FOURMY fut à nouveau le plus rapide de tous (47H54).
Comme lors des éditions précédentes, les vélos étaient plombés et l'échange de machine interdit, même en cas de bris. Un brevet de 400 km était devenu obligatoire pour s'inscrire. Plusieurs articles du réglement sont encore en vigueur aujourd'hui (interdiction d'employer un véhicule suiveur, lumière obligatoire, plaque de cadre, carnet de route, lieux de contrôles). Pierre BONTEMPS décida de fixer la périodicité de l'épreuve à 5 ans pour profiter de l'expérience acquise.









Aucun commentaire:

Publier un commentaire