4/05/2011

La 77 2011 (05/04/2011)

Superbe samedi ! Mais pluvieux dimanche pour cette 18ème édition de la 77 : toujours 152 km à parcourir, avec 7 montées et 700 mètres de dénivelé. Il pleuvra finalement la 1ère heure, puis le reste de la matinée sera couvert, malgré une belle éclaircie à un moment donné.
Coté connaissances cyclistes dans le peloton, je sais que Just du CSM 13 doit venir, quelques membres du CVL également (Georges, Dany, Philippe, Bernard), ainsi qu’Hidare et François, 2 copains cyclosportifs.
Coté objectif, j’espère terminer dans les 100 ers (116ème lors de la précédente édition) voire le top 10% de ma catégorie (ce qui me semble plus difficile sur ce genre de  course). J’avais bien performé lors de la Jacques Gouin, mais il faut dire que mon entrainement depuis 3 semaines n’a pas été idéal : pas de sortie le weekend et la 77 sera la sortie la plus longue de l’année.
Et elle commence tôt cette 77! A 7h, plus exactement, Just m’envoie un sms : il pleut énormément à Neuilly, il préfère renoncer que de risquer une belle galère entre les crevaisons et les chutes. Je me rends à Melun, me demandant quand même si cela vaut le coup de tenter l’aventure : il y a un peu moins de monde que lors des précédentes éditions. Je retire ma puce, prends un café et je croise Hidare et François.  On échange quelques mots puis je repars pour aller récupérer mon vélo et essayer de m’échauffer un peu. Je suis limite au niveau timing et j’arrive 3 minutes avant le départ, dans le sas 1, assez loin finalement du début de la course et aux côtés d’Hidare ! Entre temps, j’ai eu le temps de saluer Georges, qui se faisait prendre en photo avec son maillot pour l’association contre le cancer.
C’est parti ! Comme d’habitude, il faut faire l’effort pour rejoindre le 1er paquet : je comprends tout de suite que cette 18ème édition ne sera pas la mienne, je n’arrive pas à emmener et je n’ai pas de bonnes jambes. Néanmoins, je rejoins le 1er paquet et essaie de rester bien au chaud – et du coup bien arrosé par les projections d’eau et de boue – le plus longtemps possible. Hidare et Georges sont également là. Je parcoure ainsi les kilomètres, évite 2 chutes jusqu'à la 1ere montée : je suis largué, pas tant dans la montée (je suis derrière Georges et  Hidare que je passe) mais sur le plat qui suit ! Hidare me repasse en me disant de m’accrocher mais ç’est impossible, je suis à fond et ça n’avance pas!
Après quelques kilomètres en solitaire, je suis repris par un groupe et j’arrive enfin à m’accrocher. Et au final, je prends quelques relais, mais je comprends qu’il vaut mieux rester « planqué » pour moi aujourd’hui : les jambes ne sont toujours pas la ! Nous reprenons quelques concurrents – dont Hidare – qui comme moi, ne doivent pas être en condition suffisante, et nous apercevons le 1er groupe à 500 mètres ! Je finis donc la 77,  dans le paquet (parfois difficilement), puis décroché lors de la dernière bosse à 2km de l’arrivée : je n’avais plus d’eau dans les bidons depuis 20 kilomètres et les crampes se sont fait sentir depuis quelques temps déjà !
 Que ce fut dur donc,  je me suis fait emmener sur 155 km : merci à tous ceux qui ont pris des relais car je ne pouvais absolument rien faire ! Je termine en 4h08 à une moyenne de 36.9km/h à 16 minutes du 1er et à la 118ème place (-2 par rapport à l’année précédente) au scratch (41/151 par catégorie donc dans le top 27%). Georges termine 32ème à 9 minutes (bravo surtout qu’il  est 5ème de sa catégorie !) et Hidare termine en 4h18. Mes objectifs ne sont donc pas atteints, mais je suis content quand même car ce fut une belle et difficile course et je me console en me disant que nous sommes une 100aine de coureurs (le paquet de devant et le mien à arriver en 2 minutes à partir de la 34ème position).


Aucun commentaire:

Publier un commentaire