4/12/2010

La 77 (11/04/2010)

« La 77 » (cyclosportive de 152km a partir de Melun, 995m de dénivelé) avait donc lieu ce dimanche 11 avril, par un soleil agréable et un vent assez frais (6C au départ). Je croise Hidare au retrait des dossards, nous échangeons quelques mots avant de gagner nos sas (n3 pour Hidare, n1 pour moi, et je sais que Olivier P. est également présent dans le sas n3). 1066 coureurs prennent le départ, qui est, comme toujours très rapide. Sur les longues lignes droites du début de parcours ou le vent est de face et le rythme rapide, des pelotons se forment. Pour ma part, je me retrouve dans le 1er paquet ou la vitesse est parfois élevée (48/50km/h), parfois basse (32km/h), en fonction du vent et des passages abrités en foret. Une échappée d’environ une 10aine de coureurs se forme et s’en va, le peloton ne réagissant pas tellement.
Nous avons parcouru environ 50km (a plus de 40km/h de moyenne) lorsque, a la faveur d’un rond point, la moto qui nous ouvre la route se trompe de direction, et voila alors 150 coureurs fou furieux engagés sur la mauvaise route, sans aucune sécurité, et plus aucuns signaleurs aux carrefours. La confusion règne, le peloton se neutralise environ a 30/35 km/h et, aidés par la moto puis une voiture de la direction de course, nous rejoignons le parcours et nous sommes arrêtés dans un village, ou il nous faut attendre l’échappée, qui a pris le bon parcours et a donc fait les 12km que nous avons évité!  A leur passage (20/25 minutes plus tard),  ils sont applaudis, puis tout le monde repart, ralenti par les voitures de la direction, pour permettre aux échappés de regagner le temps d’avance (1min30 environ) qu’ils avaient pris au peloton lors de l’erreur de direction. Bravo aux organisateurs pour avoir su gérer cet incident et avoir pu permettre a tout le monde de finir et d’être classé !
Nous repartons donc ! Et la, les esprits bien échauffés, les jambes refroidies (pour ma part), ce paquet de 150 semble bien vouloir en découdre ! Ca va très vite, les lâchés sont nombreux et je le suis également dans un faux plat montant. Je recolle à un groupe dans une bosse. Une chute se produit à vive allure lors d’un rétrécissement du a un pont. La tension et la fatigue sont bien présentes.  Le groupe est organisé, mais maigri du fait du rythme et il ne reste plus qu’environ une 10aine de coureurs ! Je commence à sentir la fatigue et je suis lâché dans le vent par le groupe qui me prend rapidement 200/300m. Je me dis que je vais finir difficilement…d’autant qu’il reste encore 30 km à parcourir… A la faveur d’un changement de direction, le vent est maintenant de dos et j arrive à maintenir l’écart…jusqu’a la bosse suivante ou je recolle au groupe ! Nous rentrons tous ensemble à un rythme soutenu, de manière désorganisée mais tout le monde s’attend. Dernier incident : un des membres du groupe chute tout seul, surement du fait de la fatigue.

Le groupe arrive en 4h03, a un peu plus de 37km/h de moyenne. Je termine à la 116eme place, plutôt satisfait de ma prestation.

Olivier arrive 9 min plus tard, 181eme, et Hidare finit 661eme en 4h52.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire